Agadir dimanche
11°C
Inezgane ait melloul dimanche
11°C
Taroudannt dimanche
11°C
Tiznit dimanche
11.35°C
Tata dimanche
7.82°C
Chtouka Aït Baha dimanche
11°C

Festival du Safran

8 août 2017

« De l’or ! De l’or ! De l’or ! De l’or ! Jaune et brillant, dur et froid ! » Thomas Hood ; une citation bien déterminante, mais si l’or n’était pas jaune, brillant, ni dur ni froid ! Si l’or était rouge, berbère, et intense en goût et en parfum !
A l’évocation du fameux « Or Rouge » vous pensiez sûrement partir au Maghreb ou au Moyen-Orient.
Taliouine, est une petite ville maghrébine, mais une halte imposante qui abri en son sein un trésor inestimable. C’est la ville de l’or berbère « le SAFRAN », l’épice le plus cher au monde. C’est l’une des rares safranières installées dans la région de Souss.
Au pieds de l’Atlas, est cultivée la fleur qui donne le safran, le crocus sativus, mais comme tous les autres produits de terroir, la saison de la récolte de « l’Or Rouge » constitue un rendez-vous annuel festif ; et ce ; depuis nos ancêtres qui ont toujours veillé à célébrer, par leurs modestes moyens, ces festivités ont pris une nouvelle allure à l’avenant de la nouvelle génération, qui a pris sur ses épaules la responsabilité d’assurer la continuité et la pérennité de la célébration de ces moments de récolte, d’où le Festival du Safran tire ses origines et son originalité.
Ce festival créé en 2007 nous immerge dans les effluves de safran avec des visites de safraniéres et de coopératives, un forum des associations sur le commerce équitable, des démonstrations d’emploi de l’épice, des ateliers, et bien sûr des dégustations plats à base de safran préparés par des femmes villageoises. Des manifestations sportives sont également organisées (marathon et tournoi de football).
Le festival du safran a pour objectifs primordial la promotion de la région de Taliouine (dans la province de Taroudant, à un peu plus de 200 km à l’est d’Agadir), et de favoriser la commercialisation du safran pour améliorer les conditions de vie des populations rurales de l’Anti-Atlas.
Ce rassemblement attire chaque année, fin octobre-début novembre, des centaines de personnes pour un moment d’échange et de convivialité, avec festivités musicale traditionnelles tous les soirs dites « Ahouach ».
Ahouach est le nom générique donné à la musique de village, il désigne plus précisément la danse typique du pays chleuh (Haut Atlas, Anti-Atlas et Souss), exécutée par les villageois volontaires à l’occasion de toutes les célébrations collectives parmi lesquelles figure le festival du Safran. Sur un thème poétique lancé par un des chanteurs, se brode un thème musical, une simple mélopée structurée par la vibration des tambourins et le rythme de la danse.
La danse est précédée d’une sorte de joute poétique appelé « l’msaq », qui fait intervenir un improvisateur auquel répondent à tour de rôle un chœur d’hommes puis un chœur des femmes. Les réparties de ce chant dialogué, qui exprime l’imaginaire, les désirs, voire les passions ou les griefs des uns et des autres, sont ponctuées des lentes phrases solennelles du tambour sur cadre. « L’msaq » entame ensuite une lente évolution qui finit en danse (« l’ahouach » proprement dit), tandis que la cadence s’accélère, marquée par les « bendirs » , grands tambourins rustiques frappés par les hommes.
Conservé dans la mémoire collective et transmis de génération en génération, « l’ahouach » symbolise la vie même de la tribu, réunie autour de son foyer, feu sacré des anciens.
Etant donc un produit phare de la région, le safran et à travers sa valorisation promeut tous les autres produits de la région ainsi que le développement du tourisme rural.

Le programme de déroulement du festival :

– Un Séminaire.
– Inauguration offcielle du Festival par M. le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime.
– Exposition-vente au village des produits de terroir
– Journée d’étude.
– Des Tables rondes.